Entretien Gallimard

Midi à toutes les portes
Gallimard
2007

De Bénarès à Bagdad, de Séville à Surabaya, de Charleville à Chengdu, de Kaboul à Kathmandou, de Louxor à Lhassa, de Makassar à Malacca, d'Islamabad à Jérusalem, de Delhi à Doha, de Paris à partout, la route semble sans fin quand le voyage est devenu l'aimant de la vraie vie. Ce n'est pas là courir le monde, mais choisir un destin sans balise ni appartenance.

Frontières abolies, révoltes revivifiées, émerveillements partagés, on voit ainsi midi à toutes les portes, tout en expérimentant joyeusement le kôan zen : À esprit libre, univers libre ! Car c'est toujours l'heure de partir à l'aplomb du soleil, droit devant, n'importe où, avec lardent désir de s'en aller pour de bon trafiquer dans l'inconnu.


A.V.

Parfois je ne sais quel écho répondre à qui m'appelle.
Messagers d'un message à venir, il est des poètes arpenteurs
d'une migration à naître.
Pour ceux-là les mots ne peuvent être des leurres.
Ils incitent, ils engagent, ils jettent sur les routes.
C'est alors que vous parle, et le silence cesse d'être
une blessure blanche.
Qui sait la couleur du ciel qui nous habite ?
Il n'y a là ni bleu, ni blues, mais souffle à fleur de feu.

Soleil encore sur le chaos du monde.
Soleil toujours soleil, et qui nous reste à vivre.


Sommaire

Bio

Biblio
Parcours critique

Actualité

Chroniques

À voix haute