Le septième sommet
Poèmes pour Chantal Mauduit
Gallimard
1998

L'amour extrême
Une autre altitude
Tombeau de Chantal Mauduit

François-René Duchâble & Alain Carré


Chantal Mauduit en haut du Manaslu
& sur le Dhaulagiri
dit « Indomptable » de L’Arbre-Seul
et « Le calligraphe du vide »
de La vie en dansant


J'ai pour te bâtir un tombeau
des mots du soleil et des rêves,
rien qui appartienne au poids du monde,
rien qui t'impose une mort enchaînée,
rien qui ralentisse ta course plus haut
que tous les sommets.

Tu vois je t'invente
un tombeau sans dorure,
sans marbre ni couronne, je t'élève
moins qu'une stèle perdue dans le désert,
je t'offre un souffle de sable et de vent,
tombeau d'oiseau migrateur,
tombeau de papillon bleu,
tombeau de cerf-volant.

Au plain-chant de l'univers
tu es le rire de la pure lumière,
la joie sans ombre qui donne
et donne encore présence à l'impossible,
comme ce poisson que tu léguais au ciel
ou ces fleurs qui acceptaient pour toi seule
d'éclore sous la lune.

Alors depuis les ténèbres où je suis,
moi le quasi-mécréant je te crie
que s'il est une autre Jérusalem,
tu es ma femme céleste.

Site de l'association Chantal Mauduit Namasté

Ecrire le souvenir avant qu'il ne soit, c'est comme partir pour un voyage, celui offert par le stylo qui emmène de mot en mot, là où même l'imaginaire ne saurait partir seul. Magie de l'écriture qui surprend, quelle qu'en soit sa formulation. Dans le présent du mot qui se dessine, dans l'éclosion de la pensée déjà dépassée, se vit aussi une aventure. Elle n'est pas au cœur des eaux tumultueuses, perdue dans un désert, égarée sur une île tropicale, ascendante sur une montagne. Elle est de partout et nulle part, elle est sans limite, tant terrestre que céleste. Elle est au confluent d'hier, d'aujourd'hui, de demain, de la réalité, de l'irréel.