Décale-moi l'horaire

Chansons parlées d'André Velter

sur des musiques originales de
Jean Schwarz & Benoît Charvet

EPM littérature 2005

LE CD QUI REMET LES PENDULES À L'HEURE !

POUR RECEVOIR CE DISQUE
ENVOYEZ UN CHÈQUE DE 17 €
à l'ordre d'ÉLIOS PRODUCTIONS

ÉLIOS PRODUCTIONS
30 Boulevard de la Bastille
75 012 PARIS

OU

EN LIGNE

 

Quel royaume

AU CABARET VELTER

Qui raffole du tango argentin, et de Borgès, s'il rencontre un poème de Borgès intitulé tango se précipite. Or ce poème existe, dans El Oltro, el Mismo, et n'est pas un tango; mais quelque chose d'autre et qui ne transporte pas moins : une voix proche, avec au second plan des « guitares enchevêtrées » et au loin des hommes en noir à talons hauts - un poème entendu sur fond de tango.
André Velter met en œuvre un dispositif analogue dans ce Cabaret de l'éphèmère qu'est pour lui le monde (ou ce disque-monde) : voix d'abord, exigeante et intime, puis musique au second plan mais de premier choix parce que Jean Schwarz et Benoît Charvet s'y entendent. Les chansons parlées, c'est le contraire des romances sans paroles verlainiennes où l'on a la musique « avant toute chose » et les paroles ensuite, éventuellement. La poésie ne va pas sans dire : avec la musique vent debout, la parole fait un salto avant. Ou parfois un alto savant.
Chat noir
de soi-même, Décale-moi l'horaire s'étend ainsi aux danseurs du fond de la salle, au monde musiqué. Cette portée de voix décape à la façon Dada du Cabaret Voltaire en 1916, mais on fait table rase intériorisée, ici et maintenant, au Cabaret Velter.

Alain BORER


Aéroport de New Delhi, janvier 2005.

Avec Jean Schwarz, août 2005 © D.R.

Sommaire

Bio

Biblio
Parcours critique

Actualité

Chroniques

À voix haute

BIO BIBLIO PARCOURS CRITIQUE ACTUALITÉ CHRONIQUES SOMMAIRE SOMMAIRE