Car les ciels vus du ciel
sont comme nos états d'âme

 

Ciels

Les ciels vus du ciel

Photographies d'Olivier Dassault

Texte d'André Velter

Cercle d'Art
2005


Il est une survenue de hasard et chance,
une création qui n'attend pas.
Nous l'abordons par un étrange détour
où la vitesse a eu sa part,
où la vitesse fut à l'œuvre - vitesse extrême de l'Alpha-jet et de l'œil,
vitesse alliée à la technique, de l'instinct et du cœur -
pour une conquête qui excluait l'impatience et le rapt.

(...)

"Si l'on montait toujours, que verrait-on là-haut ?",
demandait assez ingénument Rimbaud
dans "Soleil et chair", l'un de ses premiers poèmes.
Nous allons désormais aux franges de l'atmosphère,
mais sans monter toujours.
Le grand rien n'est pas là.
À portée de long-courrier ou de chasseur,
à portée de regard, flottent encore un voile translucide
et quelques moutonnements avant la stratosphère.
Cirrus, stratus, cirro-cumulus, cumulo-stratus,
nous traversons des combinaisons de nuages
qui se déchirent,qui se réforment et nous escortent.


Sommaire

Bio

Biblio
Parcours critique

Actualité

Chroniques

À voix haute