Caravanes

REVUE ANNUELLE DE LITTÉRATURE
1989-2003

dirigée par André Velter

directeur de publication : Jean-Pierre Sicre

Une fois l'an, Caravanes donne rendez-vous à ses lecteurs pour un tour du monde de textes écrits par quelques "marcheurs de l'esprit". Des écrivains de tous les continents, uniquement d'essence vagabonde, célèbres ou non, contemporains ou antiques, composent une mosaïque de récits, nouvelles, poèmes, à chaque fois inédits.

Phébus

Rien de plus vaste que le mystère du monde. Rien de plus violent que le goût de l'inconnu. Un cœur vivant est un cœur en partance. " Caravanes " se veut un lieu d'universelle rencontre qui accueille les récits, les blasphèmes et les chants. Il est la stèle de ceux qui passent avec le sable, avec le vent.



1989
Miklós Szentkuthy
Ismaïl Kadaré
Jacques Lacarrière, Jacques Dars
T .E. Lawrence, Claude Herviant, Adonis, Abû l-Alâ al-Ma'arrî
Michel Butor, Hassan Massoudy, Sadeq Hedayat
Sayd Bahodine Majrouh, Gilles Lapouge
Lokenath Bhattacharya, Nicolas Bouvier, Li Ho
Houei-tsong, Alain Borer, Giuseppe Conte
Octavio Paz, Jean Paul Guibbert, Sepulveda
Claude Michel Cluny, Michel Le Bris, François Cheng
Gil Jouanard, Gérard Macé, Franck André Jamme
Jean-Baptiste Para, Vladimir Velickovic
André Velter

Constantin Cavafy, Jacques Lacarrière
Patrick Remaux, Alvaro Mutis
Roland et Sabrina Michaud, Yachar Kemal
Melih Cevdet Anday, Ferit Edgü, Landays du désert et de l'errance
Rabindranath Tagore, Jibananda Das
Sou T'ong-po, Zao Wou-ki, Octavio Paz, Xavier Villaurrutia
Jean-Claude Renard, Marcel Béalu
Xavier Bazot, Serge Sautreau, Nasser Assar
Pascal Quignard, Serge Filippini
Stéfano d'Arrigo, Camillo Sbarbaro, Antonio Tabucchi
Bernard Noël, Lorand Gaspar
Miklós Szentkuthy

1990


1991
Yasushi Inoué, Bai Juyi, Su Zhe
Fan Chengda, Yuan Mei, Yi Munyol
Gérard Macé, Jean Malaurie, Henry Miller
Barry Lopez, José Lezama Lima, Severo Sarduy
Luis Mizon, Antonio Saura
Eugénio de Andrade
Henri Michaux, André Dhôtel, Claude Roy
Jean-Marie Le Sidaner, Ernest Pignon-Ernest, Cristina Campo
Nazli Eray, Omar Khayyam
Marc Riboud
Miklós Szentkuthy

Neil Bissoondath
Bharati Mukherjee, Romesh Gunesekera
Momin Latif, Jamyang Losal, André Velter
Yi Munyol, Dazai Osamu, Adonis, Lokenath Bhattacharya
Alain Jouffroy, Bernard Noël, Makoto Ooka, Jean-Baptiste Tati-Loutard
Jean Morisset, Frederic Prokosch, Antonio Segui
Francisco Coloane, Hawad, Abdelmajid Benjelloun
Yehouda Amichaï, Azadeh Pourmir, Füruzan
Jacques Lacarrière, Dumitru Tsepeneag, György Somlyó
Ludovic Janvier, Cédric Morgan, Michel Desbastides
Jean-Marie Poumeyrol, Noël Tuot, Georges Sénéchal
Michel Tanouarn, Marcel Béalu
Jean Gillibert

1994


1996
Juan Rulfo, Inés Arredondo
Elsa Cross, Juan Gregorio Regino, Alvaro Mutis
Joaquim Maria Machado de Assis, Thomas Coraghessan Boyle
Lokenath Bhattacharya, Abdulrazak Gurnah
Hassan Massoudy, René R. Khawam, Abou-Moutahhar Al-Azdî
Salah Stétié, Jacques Lacarrière
Nanos Valaoritis, Nikolaï Kantchev, Radivoj Stanivuk
Zoran Music, Edvard Kocbek, Boris Pahor, Miguel Hernandez
Vincente Aleixandre, Julio Maruri, Rainer Maria Rilke
Attila József, Marina Tsvetaeva, Yves Bonnefoy, Jean Paul Guibbert
Catherine Jacobsen, Jean Gillibert
Jacques Poulain, Patrick Reumaux
Georges Bru

Sadegh Hedayat, Forough Farrokhzad
Djavâd Pourmir, Sa'dî, Udayan Vajpeyi, Palden Gyal
Jacques Lacarrière, Yuan Hongdao
Fucha Dunchong, Pu Songling, Haruki Murakami, Kingado Nanzan
Gilvan Lemos, Victor Giudice, Chico Buarque de Hollanda
Caetano Veloso, Enrique Serna, Victor de la Cruz
Bernard Malamud, Jean Gillibert, Edgar Allan Poe
Wilhelm Raabe, Miklós Szentkuthy, Gérard Rondeau
Gérard Macé, Valérie-Catherine Richez, Franck André Jamme
Jean Paul Guibbert, Guilhem Fabre, Jean-Pierre Burgart
Paul Rebeyrolle

1997


2001
Henri Michaux
Marcel Moreau, Jean Malaquais
Pierre Lafargue, Mathieu Belezi
Jean Soublin, Mathieu Terence
Maximine, Matthieu Gosztola
Henri Gaudin
Jean-Baptiste Para, Fereydoun Faryad, Mikhaïl Veller
Isaac-Leibush Peretz, Peretz Markish
Itzhak Katzenelson, Israël Eliraz, Erwin Schenkelbach
Gabriel Levin, Sohrâb Sepehri, François Cheng
Mario Pontes, Gerardo Can Pat, Norman Levine
William Blake

William Trevor
Jean Rustin, José Bergamín, Abdulah Sidran
Krzysztof Kamil Baczynski, Gérard Macé
Brève anthologie de prosateurs Ming
Wallace Stegner, Juan Villoro, Mario Blanco
Augusto dos Anjos, Ivo Barroso
Ernest Pignon-Ernest, Karel Schoeman, Salim Bin Abakari
Abdourahman A.Waberi, Pepetela, Niyi Osundare
Poésie orale des Peuls du Massina
Ibrahim Al-Koni, Monique Enckell, Marianne Clouzot
Pascal Quignard, Sylvie Germain
Jean Gillibert, Martine Roffinella, Louis-François Delisse
Peng Wan-ts, Claude Chasson
Jacques Laccarière, Jean Mambrino
Yves Bonnefoy

2003

CARAVANES
fait partie des rares revues à parution aléatoire (un numéro tous les ans… ou tous les deux ou trois ans) qui refusent les abonnements – dans l’esprit de soutenir la librairie – et qui malgré cela ont réussi à fidéliser un public de lecteurs exigeants. Pierre Lepape, dans son feuilleton du Monde (21 novembre 1997), justifiait ce choix : « Éditer une revue comme Caravanes permet de détendre au maximum les liens de la périodicité. Le lecteur a tout son temps, et les éditeurs aussi. On sent qu’ils en profitent. Caravanes respire la sérénité. Sicre et Velter, on le devine, n’ont pas eu l’angoisse du bouclage, de l’article promis et jamais arrivé qu’il faut remplacer à la dernière minute, chez l’imprimeur, par un autre moins bon qu’on avait écarté. Ils ont posément, comme des voyageurs expérimentés, construit leur itinéraire littéraire… ».

Itinéraire qui, pour cette huitième livraison, commence avec des œuvres enracinées dans la terre d’Irlande, laquelle demeure à ce jour malgré son exiguïté l’un des plus extraordinaires viviers littéraires de la planète – et ce avec un écrivain tout à fait emblématique : William Trevor (salué par le News Yoker comme « le plus grand auteur de nouvelles de l’époque »). Suivent des dessins inédits de Jean Rustin, qui est en train d’acquérir, à ce qu’il semble, une stature à la Francis Bacon. Puis des poèmes, inédits en français, de Paul Celan, José Bergamín, et de cet extraordinaire poète polonais qu’est K.K. Baczinski (1921-1944). Puis une traversée de l’Orient proche avec un ensemble de textes-photos de Gérard Macé sur le Hadramawt, des poèmes récents de Mahmoud Darwich, quelques rêves afghans d’Atiq Rahimi, d’autres (baloutches) de Guy Goffette. Puis l’Inde de Satyajit Ray, puis la Chine des Ming revisitée par Jacques Dars. Quelques escales américaines ensuite : une nouvelle de Wallace Stegner qui fut pour les lecteurs français l’une des découvertes majeures de ces dernières années (Michel Polac dixit) ; une autre du Mexicain Juan Villoro; et une autre du Bolivien Augusto Céspedes ; et une encore de l’Argentin Mario Branco (une révélation) ; et une enfin du Brésilien Ivo Barroso. Le noyau de cette livraison – illustré par des dessins d’Ernest Pignon-Ernest (qui s’est également chargé de la page de couverture de la revue) – sera constitué par un ensemble de textes nés en Afrique : à la faveur de quoi on découvrira Yvonne Vera (romancière zimbabwéenne), un étrange Zanzibarois du siècle passé (traduit du swahéli), un poète nigérian (Niyi Osundare), et l’on aura la confirmation de quelques talents reconnus – le grand écrivain afrikaans Karel Schoeman, le Djiboutien Abdourahman Waberi, le romancier angolais Pepetela, le Libyen Ibrahim Al-Konî (considéré aujourd’hui comme un des plus hauts stylistes de la langue arabe). Sans oublier quelques œuvres ressortissant à la tradition orale (poésie des Peuls et des Touaregs). Et la fin de ce « tour du monde » nous ramènera en Europe, avec des dessins inconnus de Marianne Clouzot (qui fut la grande illustratrice de Paul Valéry) et des encres de Peng Wan-ts (avec Zao Wouk-Ki, sans doute, le plus grand peintre chinois de la diasopra européenne)… mais surtout avec des textes inédits de Pascal Quignard, Jean Gilibert, Sylvie Germain, Louis-François Delisse (l’un des poètes préférés du regretté Guy Lévis-Mano), Jacques Lacarrière. Et un point d’orgue rare : un ensemble de lettres inédites où Catherine Pozzi et Paul Valéry se montrent sans masque, et où la passion, pour une fois, ne fait pas l’économie de la clairvoyance…
Un voyage, on le devine, où l’on a laissé une large place à la surprise… et à l’inconnu.