L'Arbre-Seul

Poésie / Gallimard
2001

L'Arbre-Seul en Blanche

 

 


Jean-Luc Debattice & Philippe Leygnac

 

FADO

à Pierre Léglise-Costa

Il avait tatoué sur son coeur
le nom intraduisible
d'une femme de néant : Nada

Nada, ma nuit de rien
Nada, mon ombre fauve
Nada, pour le rire et le non

Il psalmodiait avec ivresse
ce mantra de carbonne
en souvenir de l'or

Nada, ô ma sultane
Nada, ma déchirure
Nada, pour la fin des fins

Sous son masque de cendre
il suivait du regard
une sombre déesse

Nada, au goût d'orage
Nada, de corps et d'esprit
Nada, qui efface tout

Nada, portée à l'infini


Sommaire

Bio

Biblio
Parcours critique

Actualité

Chroniques

À voix haute